Association gabapentine - dexaméthasone en prémédication Bilbio Jean-Claude Coltat du 29 Janvier 2008 (2)

1 |

Le deuxième article était publié dans Anesthesia and Analgesia l’année dernière par une équipe turque.
Il évaluait l’effet du neurontin et/ou de la dexaméthasone en prémédication pour une chirurgie de varicocèle.

Quatre groupes de 20 patients avaient été constitués. Un groupe C recevait un placebo, un groupe G 800 mg de gabapentine, un groupe D 8 mg de dexaméthasone, et un dernier groupe DG 8 mg de dexaméthasone et 800 mg de Neurontin. Quelques paramètres peropératoires et de convalescence avaient été mesurés.

Parmi les nombreux paramètres cités, notons une meilleure stabilité tensionnelle peropératoire dans les trois groupes traités, visuellement encore meilleure dans le groupe DG, une moindre consommation de rémifentanil et encore moindre dans le groupe DG (la moitié du groupe C), des scores de douleur moindres, encore moindres dans le groupe DG, et moins de nausées-vomissements, encore moins dans le groupe DG.

Quelques remarques perso :

La qualité méthodologique de cette étude est médiocre. En effet, il n’existe aucun calcul d’effectif pour calibrer la puissance de l’étude sur un paramètre principal. On ne connaît pas la raison du nombre de 20 patients par groupe. Une étude bien menée doit comporter un critère d’analyse principal, et seul ce critère peut légitimement faire l’objet d’un test statistique. Multiplier les tests statistiques comme c’est la cas dans l’étude réduit considérablement la validité du p. Plus on cherche des différences, plus on a la chance d’en trouver par le simple fait du hasard. C’est d’autant plus vrai que les effectifs sont petits comme ici.

En dépit de cette présentation plutôt hussarde des résultats, il faut bien convenir qu’ils sont tous cohérents et avec de grosses différences. Si l’on ne remet pas en doute l’honnêteté des résultats, on peut penser qu’ils reflètent une certaine réalité.

Mais cette réalité est-elle cliniquement signifiante ? Pour une chirurgie peu douloureuse avec des valeurs moyennes de 3 d’EVA maximum, on peut en douter.

Bref, ne tirons pas de conclusion hâtive de cette seule étude. Mais fions nous à notre intuition et prenons là comme un élément parmi d’autres faisceaux de preuve en faveur de l’association gabapentine-dexaméthasone pour la convalescence du patient ! Comme c’est bien envoyé, n’est-il pas ?

Suivez ce lien pour avoir le diaporama de JCC.

Et cliquez sur le fichier suivant pour obtenir l’original de l’article :

PDF - 242.6 ko
gabap_dexa_chir_varicocele_anesth_analg_2007
Effet de l’association Gabapentine Dexaméthasone avant chirurgie pour varicocèle n=80