Mise au point sur le fondaparinux par le Pr Ludovic Drouet

Le fondaparinux fait partie du panel disponible des anticoagulants. Son mode d’action est proche des héparines. Son faible poids moléculaire lui donne des propriétés spécifiques : pas ou peu de réaction immunoallergique, demi-vie plus longue.
Ses indications en prévention de la thrombose veineuse sont calquées sur celles de l’héparine. On connait son indication dans la chirurgie de la hanche, du genou ou en chirurgie abdominale.
Cependant, son spectre de prescription s’est élargit récemment. Il est désormais indiqué dans l’infarctus du myocarde à la phase aigüe ou dans l’angor instable.

Quelle est sa place dans le choix actuel des anticoagulants ? Quelle est la réalité du risque hémorragique ? Qu’en est-il du rapport bénéfice/risque actuellement ? Quelle attitude pour les patients à
pharmacocinétique modifiée : insuffisants rénaux, patients âgés ? Dans quelles conditions monitorer le traitement ? Qu’en est-il des rares cas de thrombopénies rapportés ?

Le Pr Ludovic Drouet, Professeur d’hémato-biologie, chef du service d’angiohématologie biologique, thrombologie et hémostase à Lariboisière, est venu répondre à ces interrogations.

Notons tout d’abord que notre invité dirige la "clinique des anticoagulants d’Ile-de-France" nommée plus précisément Centre de conseils, de référence, d’éducation et d’aides aux traitements antithrombotiques d’Ile de France (CREATIF) que vous pouvez contacter par mail cac.idf@lrb.aphp.fr ou par téléphone au 01 42 81 12 13.

Vous pouver réécouter l’intrevention en suivant ce lien.